Espace presse

Reportages et Interviews

Reportages et interviews

Découvrez le nouvel film d'Armateurs de France !

Embarquez à la découverte du transport et des services maritimes français : parce que nos navires vont partout, et surtout vers l'avenir !

Cliquez ICI pour voir le film.

Film de l'Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM)

Partez la découverte du métier d'Officier de la Marine Marchande.

Cliquez ICI pour voir le film.

Découvrez les métiers de la Marine marchande !

Le Cluster Maritime Français, en collaboration avec notamment des compagnies adhérentes d'Armateurs de France (CMA CGM, LOUIS DREYFUS ARMATEURS, BRITTANY FERRIES), a édité une série de films intitulée sur "Les métiers de la mer : des métiers de passion !".

  • Portraits de 4 jeunes qui parlent de leurs expériences : dans un chantier naval, à bord d'un navire porte-conteneurs, à bord d'un navire militaire, et la vie de marin-pêcheur.
  • Chaque année en France 141 navires transportent plus de 10 millions de passagers ainsi que des marchandises chargées sur des camions. Ces navires RORO (roll-on/roll-off) et ROPAX (roll on/roll off passenger) demandent des attentions particulières. Un jeune agent pont électricien explique son métier à bord pendant le transit afin que les marchandises arrivent en parfait état à destination.
  • Portraits de 3 personnes qui parlent de leurs expériences : à bord d'un navire câblier, dans un chantier naval, et à bord d'un ferry.

Découvrez également ces vidéos et bien d'autres sur les métiers du maritime sur ClusterMaritimeTV, disponible sur YouTube.

L'artiste JR réalise un collage géant sur le CMA CGM Magellan !

Découvrez la vidéo de cet étonnant montage artistique et consultez notre article d'actualité sur ce sujet !

PEGASIS ou les prémices de la propulsion au GNL

Armateurs de France a rencontré Frédéric POUGET, Directeur du Pole Armement, Opérations Maritimes et Portuaires de Brittany Ferries, afin d’obtenir des précisions complémentaires sur PEGASIS, futur navire amiral de la compagnie et premier Ferry propulsé au Gaz naturel liquéfié (GNL).

 

-          Quelles sont les particularités techniques de votre futur navire amiral ?

PEGASIS, acronyme de Power Efficient GAS Innovative Ship, est un navire de type Cruise Ferry propulsé au GNL conçu pour le transport de passagers, voitures, motos, camions, semi-remorques et remorques réfrigérées. Il sera le premier navire ferry au monde à utiliser la technologie de stockage du GNL à une pression proche de la pression atmosphérique. La capacité de sa cuve est de 1 300 m3 ce qui lui confère une autonomie importante lui permettant de réaliser des voyages aller/retour entre l’Angleterre, le France, l’Espagne et l’Irlande sans ravitailler. Long de 210 mètres, sa capacité d'accueil est de 2 663 personnes (2 474 passagers et 189 membres d'équipage). Les espaces publics passagers sont localisés principalement aux ponts 6 et 7, tandis que les opérations de chargements et déchargements pourront s’effectuer en simultané sur 2 ponts par l’avant et/ou l’arrière.

Il possède deux ensembles séparés de production, conformément à la règlementation SRTP (Safe Return To Port), de l'énergie électrique nécessaire à la propulsion et aux autres consommateurs du bord. Les générateurs électriques sont entraînés par des moteurs diesels de type dual-fuel (Gasoil et/ou LNG). Le navire utilise du GNL comme combustible principal, mais il est également équipé pour fonctionner au MGO (capacité de stockage de 800 m3), en carburant secondaire.

 

-          Quels sont les avantages que possède un navire propulsé au GNL ?

Soucieuse et très en pointe sur les questions environnementales, la France a beaucoup investi en matière de développement des technologies limitant l’empreinte écologique.

Ainsi le GNL a cristallisé bon nombre d’investissement en matière de Recherche et Développement. L’équipement est dorénavant réalisable sur le plan technique, puisque la France est dotée d’un chantier naval expérimenté en motorisation GNL.

Fort de respecter les contraintes de réduction d’émissions de soufre, explicitées dans la convention MARPOL VI, le GNL présente également de nombreux avantages qui anticipent les réglementations futures. Il permet de réduire sensiblement les émissions de CO2 (jusqu’ à 20%) et de dépasser l’ensemble des objectifs en termes d’émission de NOx (Oxyde d’azote) souhaités par l’Europe. Il permet également d’anticiper toutes les normes d’émissions de particules envisagées.

En bref, le GNL synthétise toutes les attentes que l’on place dans un carburant : respectueux de l’environnement, répondant aux normes environnementales actuelles et futures, disponible et abondant pour les décennies à venir, peu onéreux, et enfin, utilisable pour la propulsion des navires, même en remotorisation /retrofit (changement de motorisation sur navire existant).

 

-          Votre engagement en faveur de l’environnement et vos efforts pour intégrer au plus vite les exigences de la norme Marpol seront-ils accompagnés d’un aménagement du calendrier prévu par l’UE ? Quel type de report souhaiteriez-vous ?

Le GNL, respectueux de l’environnement, s’est naturellement imposé aux yeux des armateurs comme un carburant d’avenir pour le transport maritime. Mais cet engagement implique toutefois une adaptation du calendrier Communautaire.

En effet, ces derniers ont besoin de temps afin d’adapter les navires en flotte aux nouvelles directives de l’Union Européenne.

De plus, un investissement dans le développement d’une  véritable filière du GNL  (infrastructures terrestres et maritimes : barges de soutage,…) est un élément indispensable afin d’assurer à ce carburant des facilités d’approvisionnement sur l’ensemble du littoral maritime européen.

L’aménagement du calendrier est donc  une condition nécessaire pour concrétiser l’ensemble d’un plan de transition écologique d’une telle ampleur, et les armateurs attendent des engagements fermes et rapides de l’Etat français pour obtenir auprès de la Commission un aménagement limité dans le temps permettant de respecter les contraintes de réalisation industrielles des navires neufs ou des retrofit[1]. Les armateurs attendent donc de l’État français qu’il joue son rôle pour mobiliser les autres États membres de l’Union Européenne  concernés,  afin de présenter une  demande d’exemption motivée auprès de Bruxelles, et ceci dans les semaines à venir.

 

 

En complément d'information, vous pouvez également consulter:

 


[1] Le réaménagement, utilisé sous la forme de l'anglicisme retrofit, est une pratique consistant à ajouter de nouvelles technologies ou fonctions à des systèmes plus vieux. Il s'agit d'échanger des pièces obsolètes ou usées tout en maintenant la configuration de l'appareil

 

 

Armateurs de France acceuille les armateurs du Nord de l'Europe à Marseille !

  

 

Créé après la Guerre et réunissant les associations de neuf pays (Norvège, Danemark, Finlande, Suède, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Royaume-Uni et France), le club dit des armateurs du Nord était à Marseille les 10 et 11 avril à l’invitation d'Eric BANEL, qui le préside en 2014. Au menu : les dossiers environnementaux.

Premier d’entre eux : l’échéance cruciale du 1er janvier 2015 sur la réduction du taux de soufre à 0,1 % dans les zones Seca (dont le secteur Manche-mer du Nord-Baltique). Pour y répondre, les armateurs français - pionniers sur ce dossier - ont majoritairement choisi le Gaz naturel liquéfié (GNL), ce qui suppose des investissements colossaux pour adapter les navires existants ou construire des navires neufs. Les ports européens doivent également s'équiper afin de pouvoir accueillir et approvisionner les navires propulsés au GNL.

 "Nous construisons le transport maritime de demain, un transport plus écologique et plus économe en énergie", explique Eric BANEL, délégué général d'Armateurs de France. ' L'avantage du Gaz naturel liquéfié est d'offrir un carburant propre qui répond non seulement à la problématique du soufre mais anticipe également sur les évolutions à venir, car il supprime ou réduit fortement les émissions de particules, d'oxyde d'azote et de CO2.  Il s'agit d'un engagement environnemental sans précédent de la part des entreprises françaises. "

L'initiative française a reçu le soutien des britanniques, des finnois et des danois. Les armateurs du Nord, avec le soutien de leurs Etats respectifs, vont entreprendre une démarche concertée  auprès de la Commission européenne afin d'obtenir la mise en place d'un plan global de soutien à la transition énergétique du transport maritime.

  

Armateurs de France s'engage aux côtés du réseau RespectOcéan !

 

Le réseau breton RespectOcean, créé par Raphaëla le Gouvello, a franchi un nouveau cap avec le soutien de la Région Bretagne et d'Armateurs de France.

 

Tout juste rentrée de la transat en solitaire en mini 6.50, la navigatrice consacre désormais son énergie au développement du réseau. Son ambition : réunir de plus en plus d’entreprises engagées dans des pratiques responsables sur le plan environnemental, dans tous les secteurs de l’économie maritime.

Un an après la création du réseau, les partenaires se sont réunis à Rennes, en présence de Raphaëla le Gouvello, de son équipe, de Pierre Karleskind, Vice-président de la Région chargé de l’Europe, de la mer et du littoral, et d'Eric BANEL, Délégué Général d'Armateurs de France.
 

 

 

Parmi les membres du réseau, on note le Groupe GDF SUEZ, Meralliance (transformation-fumaison de poissons), Algopack (bioplastiques à partir d’algues), Sablières de l’Atlantique (extraction de granulats marins), Nautix (peintures antisalissures), Navicom (électronique embarquée), Watt and Sea (hydrogénérateur), ou encore Uship (accastillage).

Par son action fédératrice et l'engagement de ses membres en matière environnementale, le projet a été retenu par la région dans le cadre de l’appel à projets régional Gestion Intégrée de la Zone Côtière.

 

Lorsqu’une banque d’investissement rencontre des passionnés d’ingénierie maritime…

 

Bpifrance est un organisme d’Etat qui rassemble plusieurs outils de financement et d'investissement de l'économie française. Bpifrance investit au capital de PME, ETI et Grandes entreprises françaises, via des fonds publics, provenant des entités existantes dont elle est composée: le Fonds stratégique d'investissement (FSI), la banque publique des PME et de l'innovation Oséo et CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts. Le but est d’accompagner et de favoriser la croissance et le développement des entreprises françaises sollicitant son aide.

JIFMAR Offshore Services est l’une d’elles. Créée en 2005, cette société intervient dans les secteurs de l'Offshore pétrolier et gazier, l’Offshore éolien, de la Défense, des EMR et des travaux spéciaux (renflouement, remorquage, assistance aux travaux maritimes, etc.) en offrant un service intégré combinant ingénierie de projet, expertise maritime et expertise en travaux sous-marins. La société compte désormais une centaine de collaborateurs, pour un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros pour l’année 2013.

JIFMAR a reçu le soutien de Bpifrance dès le début de sa création (en soutien à l’innovation, en contre-garanties auprès des établissements bancaires), et a bénéficié d’un contrat de développement participatif (CDP) d’ 1.4 millions d’euros pour soutenir sa croissance et son développement.

Retrouvez le témoignage de Jean-Michel BERUD, co-directeur de JIFMAR Offshore Services, à propos de son expérience avec Bpifrance, dans cette courte interview.

 

Pour un complément d'information au sujet de l'activité de JIFMAR Offshore Services, vous pouvez consulter ici leur site web

 

Vivez le remorquage du CMA CGM Marco Polo, le plus grand porte-conteneurs du monde !

CMA CGM Marco Polo Copyright P. PLISSON

 

Le  9 mars 2013, le CMA CGM Marco Polo, plus porte-conteneurs du monde (16 020 evp),  s’est prêté à un exercice de remorquage organisé par la préfecture maritime de l’Atlantique aux côtés du remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) Abeille Bourbon.

Navire à la pointe de la technologie, le CMA CGM Marco Polo est notamment doté du système de SMIT BRACKET sur les plages avant et arrière du navire qui facilite son remorquage en cas de besoin.

Jusqu’alors inédit, ce type de remorquage était également une première pour l’Abeille Bourbon, un navire fort de nombreuses missions d’assistance déjà réussies. Il a aussi permis à la préfecture maritime de l’Atlantique de  coordonner et mettre en œuvre ses moyens, en situation réelle. Par exemple, la dépose d’équipes d’évaluation et d’intervention par hélicoptère. Une belle occasion de s’entraîner à faire face à toute éventualité dans sa zone de responsabilités.

Ce challenge technique et humain a été relevé haut la main par l’ensemble des acteurs. Il a en outre mis au jour la nécessité de disposer en Atlantique d’un remorqueur aussi puissant que l’Abeille Bourbon, qui a une fois encore impressionné par sa robustesse et sa fiabilité.

Grâce à cet exercice, les modes opératoires et les capacités de l’action de l’Etat en Mer pourront être encore améliorés. Objectif de l’opération atteint !

Plongez au cœur de l’aventure grâce au blog dédié au CMA CGM Marco Polo. Suivez le guide en cliquant sur les liens suivants !

http://www.cmacgm-marcopolo.com/fr/cma-cgm-marco-polo-towing-exercise-goes-without-a-hitch/

http://www.cmacgm-marcopolo.com/fr/the-cma-cgm-marco-polo-towing-exercise-hour-by-hour/

http://ptvak-cmacgm.playertvak-cdn.brainsonic.com/web/player-html5-fe1ecaf8322d603d141c803aec13cdc9.html (vidéo)

http://ptvak-cmacgm.playertvak-cdn.brainsonic.com/web/player-html5-c5f72ccc55377c64cd2fc9152dc68ce3.html (video)

Consultez également :

Des images photos et vidéos du remorquage sont disponibles sur le site de la préfecture maritime : http://www.premar-atlantique.gouv.fr/galeries

 

L’Agence Maritime de l’Ouest parie sur les énergies marines renouvelables

3 questions à Hervé VAUTIER, Contre-amiral, Conseiller de la direction de l’Agence Maritime de l’Ouest (AMO) 

Armateurs de France : Pouvez-vous nous présenter l’Agence Maritime de l’Ouest ?

Hervé VAUTIER : L’Agence Maritime de l’Ouest, dont le siège historique est à Paimpol, a fêté son centenaire en 2012. D’abord armateurs au cabotage, notre compagnie a toujours fait preuve d’une grande capacité d’innovation, qui lui a permis de s’adapter aux évolutions du métier d’armateur.

A partir de 2005, sous l’impulsion de Patrick GARNIER, notre président, nous avons amorcé une large diversification.  Nous avons développé le transport de colis lourds avec des moyens nouveaux (barges, remorqueurs), ainsi qu’une activité de commissionnaire de transport qui consiste à organiser intégralement le transport de marchandises. Cette activité représente un réel avantage pour nos clients, puisqu’ils s’affranchissent de tout risque inhérent à la coordination de la chaîne de transport. C’est dans ce cadre que nous avons, par exemple, assuré le transport du pont Eric TABARLY, qui ut inauguré à Nantes en 2011.

Armateurs de France : La diversification de vos activités vous a-t-elle permis de développer des partenariats avec d’autres entreprises ?

Hervé VAUTIER : Tout à fait. Pour être performante en tant que commissionnaire de transport, l’Agence Maritime de l’Ouest s’est alliée à la filiale française du groupe de levage belge Sarens et à la société de remorquage Chambon. Pour développer son activité armatoriale, notre compagnie est devenue partenaire de l'armateur hollandais Vertom et a ouvert un bureau à Rotterdam (Amor) et à  Hambourg.

Aujourd’hui, l’Agence Maritime de l’Ouest, c’est trois métiers : le transport de vrac sec, le transport de colis lourds et l’activité de commissionnaire de transport étendue au monde entier, la manutention portuaire (sur le port de Cherbourg notamment).

Armateurs de France : Qui dit diversification des partenaires commerciaux, dit forcément nouveaux projets en perspective ?

Hervé VAUTIER : Effectivement, c’est ainsi qu’est née l’idée d’Eolhyd. Avec les sociétés IDEA Maritime, Maritime Kuhn et SOGENA et Sarens Nord Ouest, nous avons récemment décidé de créer ce partenariat commercial, technique et économique fondé sur l’innovation. Notre but : offrir aux acteurs des filières Energies Marines Renouvelables une alliance de compétences, de moyens et d'expertises reconnus, sur l’ensemble des ports de la façade maritime de la Manche et de l’Atlantique. Un beau pari sur l’avenir qui allie technologie, respect de l’environnement et dynamisme des territoires !

Tout savoir sur le CMA CGM Marco Polo, le plus grand porte-conteneurs du monde !

Le CMA CGM Marco Polo, plus grand porte-conteneurs du monde, a été baptisé le 18 décembre 2012 à Zeebrugge (Belgique). Long de 396 mètres, large de 53,60 mètres, le dernier né de l'armement français a une capacité de transport de 16 000 conteneurs équivalent vingt pieds (EVP).

Premier d'une série de trois sister ships, le CMA CGM Marco Polo relie l'Asie à l'Europe en 77 jours et est équipé des dernières innovations technologiques en matière environnementales, parmi lesquelles :

  • Un moteur à injection électronique permettant de réduire de manière significative la consommation de carburant (-3% en moyenne) et la consommation d’huile (-25%).
  • Un safran suspendu à bords orientés  permettant d’améliorer l’hydrodynamisme des navires (optimisation du flux d’eau) et de réduire significativement la dépense énergétique, ainsi que les rejets de CO2 dans l’atmosphère.
  • Un stator à pales fixes (Pre-Swirl Stator ®) permettant de redresser le flux d’eau en amont de l’hélice afin d’en améliorer le rendement. Combiné au safran suspendu à bords orientés, cette innovation permet d’optimiser l’hydrodynamisme du navire et de réduire de 2 à 4% la consommation et les émissions atmosphériques.
  • Un système de by-pass des gaz d’échappement dont l’objectif est d’améliorer l’efficacité énergétique à faible charge du moteur avec une réduction de la consommation de fioul de l’ordre de 1,5% à faible vitesse.
  • Un design de coque optimisé permettant d’améliorer sensiblement la propulsion du navire dans l’eau.
  • Un système de traitement des eaux de ballast, afin de préserver au maximum la biodiversité des océans en ne rejetant pas de produits chimiques dans l’eau de mer.

Le Marco Polo escalait le 19 décembre 2012 au Havre. A cette occasion, Eric BANEL, Délégué général d'Armateurs de France, a eu l'opportunité de visiter ce navire exceptionnel, aux côtés, notamment, de Jean-François TALLEC, directeur des relations institutionnelles chez CMA CGM, compagnie adhérente d'Armateurs de France.

 

 

 

Partez à la découverte du plus grand porte-conteneurs du monde sur le site de CMA CGM dédié au Marco Polo et retrouvez le Marco Polo sillonnant les mers dans la vidéo qui lui est consacrée !

La presse étrangère en parle :