Espace presse

Communiqués et Dossiers

Communiqués et dossiers


L’économie bleue, maillon essentiel d’une transition écologique réussie

Date de mise en ligne : 17/05/2017

Communiqué

Armateurs de France salue la nomination d’Elisabeth BORNE, en tant que ministre chargée des Transports, auprès de Nicolas HULOT, ministre d’Etat chargé de la Transition écologique.

Pour Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France : "La création d’un portefeuille ministériel alliant transition écologique et transports est un signal positif en direction de l’innovation technologique et du développement économique durable de notre pays. Les armateurs français s’inscrivent déjà dans cette dynamique depuis près d’une quinzaine d’annéespuisqu’ils ont fait le pari de l’innovation au service de la qualité environnementale et sociale, avec une flotte parmi les plus jeunes d’Europe. En outre, cet engagement est également impulsé par Armateurs de France à l’international : notre industrie vient en effet d’adopter un objectif de réduction des émissions de CO2 de moins 50% en 2050."

"Néanmoins, Armateurs de France rappelle que le développement durable de l’économie bleue, du transport et des services maritimes doit constituer la principale voie d’une transition écologique réussie. Les axes et mesures d’une économie bleue dynamique figurent en outre dans notre document stratégique"Objectif 2025 : cap sur la croissance bleue" : compétitivité, fiscalité, innovation, transport et services maritimes durables, etc. Autant de thématiques qui, nous l’espérons, retiendront toute l’attention de la nouvelle équipe gouvernementale", ajoute le Président d’Armateurs de France.

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

Le shipping international adopte un objectif de réduction des émissions de CO2

Date de mise en ligne : 11/05/2017

Communiqué

Armateurs de France se félicite de l’adoption, le 10 mai 2017, lors du Board de l’International Chamber of Shipping (ICS), d’un objectif ambitieux de réduction des émissions de CO2 du shipping mondial : moins 50% d’émissions en 2050 par rapport à 2008 à la tonne-kilomètre.

L'adoption de cet objectif s’inscrit dans la lignée de la dynamique volontariste, impulsée à la suite de la COP21. Bien que la forte mobilisation d’organisations telles qu’Armateurs de France et de ses homologues scandinaves n’ait pas permis d’inclure le transport maritime dans l’Accord de Paris, elle a en revanche suscité un élan aussi bien de la communauté armatoriale internationale, que de l’Organisation maritime internationale.

En effet, cet accord intervient après l’adoption, en octobre 2016 par le Comité pour la protection du milieu marin (MEPC) de l’Organisation maritime internationale, d’un système international de collecte obligatoire de données des émissions de CO2 des navires.

Pour Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France : "Cet accord est un succès pour l’International Chamber of Shipping et pour notre industrie. Elle démontre ainsi sa capacité à avancer sur un sujet crucial pour l’avenir de notre secteur. La dynamique d’un transport maritime durable est bel et bien lancée. Armateurs de France continuera d’être à l’avant-garde de ce combat pour une économie bleue, respectueuse de l’environnement et des hommes". 

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

Flotte stratégique : le décret publié, bientôt un plan d’action ?

Date de mise en ligne : 10/05/2017

Communiqué

Armateurs de France se félicite de la publication ce jour du décret relatif à la flotte stratégique.

Ce décret est une très bonne nouvelle car, pour la première fois, il reconnaît le caractère stratégique des activités de transport et de services maritimes. Mais il n’est qu’une première étape. Maintenant que le format et la gouvernance de la flotte stratégique sont posés, il convient de travailler activement et rapidement à une véritable stratégie de flotte. Elle seule garantira le développement de la flotte sous pavillon français et de l’emploi français. 

A cet égard, le Groupe de travail conduit dans le cadre du Conseil supérieur de la Marine marchande (CSMM), et co-présidé par Eric BANEL, notre Délégué Général, a proposé un plan d’action triennal pour le développement de la flotte stratégique. Ce plan devra se décliner en trois axes :

  • la mise en place d’un dispositif de garantie publique ou de financement spécifique favorisant les projets de renouvellement ou de modernisation de la flotte entrant dans le cadre de cette flotte stratégique ;
  • une politique renforcée de formation des marins et des sédentaires dédiés à la flotte stratégique, afin de maintenir et accroître les effectifs sur tous les niveaux de compétences ;
  • la mise en place d’outils contractuels entre les armateurs et l’Etat.

La flotte a vocation à évoluer en fonction des missions jugées « stratégiques » pour le pays. Ces missions sont relativement larges, outre celles liées à la Défense : sécurité des approvisionnements énergétiques, alimentaires, des communications, des services et accès portuaires, des énergies marines, de la recherche océanographique.

Aussi, pour Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France : « Il est primordial que Conseil supérieur de la Marine Marchande poursuive dans les meilleurs délais ses travaux afin de donner vie rapidement au plan d’action triennal. L’avènement de la flotte stratégique relève d’une grande ambition conjointe des armateurs et des partenaires sociaux pour le dynamisme de la France maritime. Ne la laissons pas retomber. »

« Au nom de tous les armateurs français, je me réjouis de la reconnaissance du caractère stratégique de nos activités et continuerai, avec nos amis des autres filières, à porter haut le pavillon français avec l'équipe exécutive et parlementaire nouvelle » a-t-il ajouté.

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

En marche pour une flotte stratégique

Date de mise en ligne : 08/05/2017

Communiqué

Armateurs de France salue et félicite Emmanuel MACRON pour son élection à la présidence de la République le 7 mai.

L’élection à la tête de notre pays d’un Président ouvert sur le monde et l’Europe, qui souhaite travailler en étroite collaboration avec les acteurs de la société civile et du monde économique, est un signe fort pour notre secteur, dont le document stratégique "Objectif 2025 : cap sur la croissance bleue" propose 6 axes et 10 mesures pour le transport et les services maritimes.

Pour Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France : "Les acquis de la loi pour l’Economie bleue doivent être amplifiés et prolongés. En particulier, les jalons pour la constitution d’une flotte stratégique ont été clairement établis. L’enjeu est désormais de la faire vivre et croître. Il en va de l’indépendance stratégique et du rayonnement économique de la France. Asseoir l’attractivité du pavillon français implique de mener à bien la création d’une filière stratégique rassemblant navires, compétences et savoir-faire, à bord et à terre."

"Notre ambition est de construire une filière stratégique qui rassemble tous les acteurs de l’économie bleue – armateurs, partenaires sociaux, syndicats, administration, assureurs, chantiers navals... Nous devons être inventifs pour lui donner vie : outils de financement de la flotte, modernisation du droit du travail, partenariats public/privé, etc. Cette ambition est une promesse d’innovations et de croissance : si le Président s’engage à nos côtés, nous nous engageons également à développer le pavillon et l’emploi français", ajoute-t-il.

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43

 

 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

Armateurs de France, 1ère organisation professionnelle du secteur maritime en France

Date de mise en ligne : 04/05/2017

Communiqué

Avec un taux de 100% de représentativité, Armateurs de France confirme son rôle leader dans la défense et la promotion des intérêts des entreprises françaises de transport et de services maritimes.

Pour la première fois, dans le cadre de la réforme de la représentativité patronale issue de la loi du 5 mars 2014, l’audience des organisations professionnelles d’employeurs a été mesurée au niveau national et interprofessionnel ainsi qu’au niveau des branches professionnelles. Les résultats ont été présentés par la Direction générale du travail, au sein du Haut Conseil du dialogue social (HCDS) le 26 avril dernier.

Armateurs de France se félicite que la branche « navigants » et la branche « sédentaires » soient toutes deux représentatives, puisque 100% des compagnies sont adhérentes et l’ensemble des salariés sont couverts par les Conventions collectives.

Pour Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France : « Ce résultat rappelle et conforte la position majeure de notre organisation dans l’animation d’un dialogue social riche et dynamique, axé sur la modernisation du droit social maritime, la formation et l’égalité professionnelle.  Autant d’éléments au service du rayonnement et de la compétitivité du pavillon français ».

 

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

Armateurs de France interpelle les candidats à l'élection présidentielle

Date de mise en ligne : 10/04/2017

Communiqué

Prolongeant la présentation, le 4 avril dernier, de son document stratégique "Objectif 2025 : cap sur la croissance bleue", Armateurs de France, par la voix de son nouveau Président Jean-Marc ROUÉ, interpelle les candidats à l’élection présidentielle sur leur ambition pour le transport et les services maritimes français. 

Depuis 2013, notre secteur d’activité est en effet le seul à contribuer positivement aux échanges extérieurs de la Nation, avec une contribution fiscale à hauteur de 700 millions d’euros. En outre, notre industrie représente aujourd’hui plus de 100 000 emplois directs et indirects.

Pourtant, "l’économie bleue" semble étrangement absente des programmes et des débats de la campagne présidentielle.

Parce que notre industrie est absolument stratégique pour l’indépendance et le rayonnement économique de notre pays, Armateurs de France a transmis à chacun des candidats à l’élection présidentielle une série de questions. Celles-ci font écho aux objectifs fixés par son document stratégique : « made in France maritime », rénovation du statut fiscal et social du marin, dynamisation du cadre fiscal dédié à l’investissement, leadership de la France sur les questions maritimes dans les institutions européennes et internationales, protection de l’environnement et transition énergétique de notre flotte, sécurité et sûreté de nos navires.

Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France, déclare : "Les armateurs français représentent une flotte diversifiée, moderne et bien structurée, qui fait battre le cœur de notre économie. La faire croître, c’est faire progresser l’économie française. Pour ce faire, il sera impératif de construire une ambition forte pour la Marine marchande, une véritable stratégie de flotte. En interpellant ainsi les candidats à l’élection présidentielle, nous voulons provoquer une prise de conscience forte de leur part sur l’enjeu majeur que représente notre secteur d’activité pour la vitalité de l’économie française et de ses territoires. En plaçant la défense du pavillon français sur la scène du débat présidentiel, notre objectif est double : placer nos entreprises au centre d'une véritable politique de filière industrielle, en mer et à terre, et mettre l’économie bleue au cœur des politiques publiques qui seront lancées dès mai prochain."

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43

 

 

LES QUESTIONS TRANSMISES AUX CANDIDATS A L’ELECTION PRESIDENTIELLE

  1. L’industrie du transport et des services maritimes est stratégique pour notre pays. Dans les cinq années à venir, avec quelles mesures comptez-vous soutenir son développement en France comme à l’international ?
  2. Quelle politique sociale souhaiteriez-vous mener pour développer l’emploi et l’activité maritimes ?
  3. Quel rôle peut jouer l’Etat, sous votre quinquennat, pour moderniser et renouveler la flotte française, et par quelles clefs de financement ?
  4. Comment entendez-vous garantir le rayonnement de la France maritime dans les enceintes européennes et internationales ?
  5. L’industrie maritime française est reconnue pour son excellence sociale et environnementale. Avec quelles mesures pourriez-vous mieux la valoriser et la faire progresser ?
  6. La sécurité et la sûreté sont au cœur des préoccupations de nos entreprises. Quelles mesures comptez-vous prendre pour renforcer la protection de nos navires et de nos marins ?
  7.  Les négociations sur le Brexit commencent à Bruxelles et les 27 pays de l’Union vont avoir à faire entendre leurs voix dans les deux années à venir. Quels engagements prendrez-vous pour protéger le pavillon français et les entreprises qui l’incarnent ?

 

"Objectif 2025 : cap sur la croissance bleue " est disponible sur le site dédié : www.marinemarchande2025.com

Suivez-nous sur Twitter avec le hashtag #MarineMarchande2025

Retrouvez ce communiqué au format PDF

« Objectif 2025 : cap sur la croissance bleue » : une charte nationale pour l’économie française du transport et des services maritimes

Date de mise en ligne : 04/04/2017

Communiqué

A l’occasion de son assemblée générale qui s’est tenue ce jour, Armateurs de France a présenté son document stratégique, « Objectif 2025 : cap sur la croissance bleue », décliné en version print et web (www.marinemarchande2025.com). Parce qu’une flotte sous pavillon français est indispensable à l’indépendance stratégique et au rayonnement économique de la France, Armateurs de France propose une charte nationale pour l’économie française du transport et des services maritimes.

TRANSPORTS ET SERVICES MARITIMES, PILIERS DE L’INDUSTRIE FRANÇAISE

  • L’économie du transport et des services maritimes représente plus de 100.000 emplois directs et indirects en France : 22.000 emplois directs (navigants et sédentaires), 80.000 emploi indirects (agents maritimes, assureurs, sociétés de classification, etc.).
  • Le transport maritime assure près de 90% des échanges mondiaux, 60% du transport intra-européen et 78% des importations françaises.

UNE AMBITION NATIONALE EN 6 AXES

  •  Promouvoir le « made in France » maritime autour d’une logique de filière industrielle
  • "Libérer" le statut fiscal et social du marin français
  • Moderniser le cadre fiscal pour favoriser l’investissement et renouveler la flotte
  • Assurer le rayonnement de la France au niveau international et européen*
  • Valoriser l’engagement international et social du shipping français, et en faire un véritable avantage comparatif face à nos concurrents
  • Renforcer la sécurité et la sûreté des navires sous pavillon français

10 MESURES POUR DOTER LA FRANCE D’UNE POLITIQUE INDUSTRIELLE VOLONTARISTE, DEVELOPPER SA FLOTTE ET L’EMPLOI MARITIME 

  1. Créer une flotte stratégique et encourager la mise en place de filières industrielles.
  2. Adapter les dispositifs de soutien à l’investissement, grâce à une garantie publique ou un incitateur fiscal pour une flotte pérenne, un pavillon et un marché de l’emploi attractifs.
  3. Favoriser la mobilité du marin français en réformant son statut fiscal et social.
  4. Moderniser le droit du travail maritime, en organisant mieux le temps de travail et de repos à bord.
  5. Faire de la France un leader au sein des organisations internationales et européennes.
  6. Lancer un processus de réflexion sur un pavillon européen.
  7. Adopter des objectifs de réduction des émissions de CO2 du shipping (-30% en 2030), ainsi que les outils techniques et réglementaires appropriés.
  8. Adopter un plan de transition énergétique du transport maritime, notamment vers le Gaz naturel liquéfié (GNL).
  9. Développer les services en mer, afin de promouvoir une filière d’activités à haute valeur ajoutée.
  10. Mobiliser la communauté internationale pour prévenir les actes de piraterie et de terrorisme contre les navires

 

TEMOIGNAGES

Jean-Marc ROUÉ, Président d’Armateurs de France : "Notre industrie est stratégique car elle est au cœur de compétences qui irriguent l’ensemble de l’économie maritime : courtiers, avocats, banques, clusters, etc. Instaurer une logique de filière est un prolongement logique et indispensable à la vitalité et à l’indépendance de l’économie française. Pour cela, l’industrie des transports et services maritimes a plus que jamais besoin d’outils de financement dédiés à la compétitivité, en complément de ce qui existe déjà. Sans financements performants, pas de navires. Sans navires, pas de marins. La flotte française doit se renouveler constamment, afin de rester jeune et moderne au bénéfice de l’emploi et de son impact sur l’environnement."

Marc ETCHEBERRY, Président suppléant d’Armateurs de France : "Développer une flotte de commerce sous pavillon français constitue un atout pour notre pays à de multiples niveaux : pour assurer l’indépendance des approvisionnements de la Nation et son rayonnement à l’international, pour une meilleure protection de l’environnement et une plus grande sécurité de la navigation, pour la richesse générée pour l’économie nationale."

Fernand BOZZONI, Trésorier d’Armateurs de France : "La réduction de l’empreinte CO2 du transport maritime est un souci constant de notre organisation. Depuis longtemps, Armateurs de France s’est ainsi engagé à réduire les émissions de CO2 de la flotte française. Les armateurs français ont parié sur la qualité, la sécurité et l’efficacité énergétique de leur offre de transport. L’objectif est d’accompagner leur transition énergétique pour accroître l’avantage comparatif du pavillon français."

 

 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

Jean-Marc ROUÉ, un Breton prend la barre d’Armateurs de France

Date de mise en ligne : 04/04/2017

Communiqué

Jean-Marc ROUÉ, Président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries, a été élu à la tête d’Armateurs de France, lors de l’Assemblée Générale de l’organisation professionnelle qui s’est tenue ce jour.

De la Chambre d’Agriculture du Finistère à la direction de Brittany Ferries, le parcours de Jean-Marc ROUÉ est aussi atypique que la compagnie qu’il dirige et dont l’histoire est ancrée dans la terre et tournée vers la mer. Premier employeur de marins français, la compagnie bretonne, fondée par Alexis GOURVENNEC, illustre ce qui fonde le shipping français : dynamisme économique des territoires, innovation, rayonnement extérieur.  

Trésorier d’Armateurs de France dès 2011, Jean-Marc ROUÉ est également, depuis 2015, Président du BP2S, Bureau de promotion du transport maritime à courte distance. Rompu au dialogue avec les institutions nationales et européennes, Jean-Marc ROUÉ s’est imposé au fil des années comme un infatigable défenseur de la Marine marchande française et de sa compétitivité.

Le nouveau Président d’Armateurs de France déclare : "Renforcer nos entreprises, nos emplois et notre flotte afin qu’ils créent une dynamique globale pour l’essor de la France maritime, tel sera mon objectif. Je me donne pour absolue priorité le développement de toutes les entreprises maritimes françaises travaillant sous pavillon français, et j’entends la faire partager pleinement au plus haut niveau de l’Etat. Diversifiée, moderne et bien structurée, notre flotte doit demeurer, aujourd’hui comme demain, au cœur de l’ambition maritime de la France". 

 

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43 

Retrouvez ce communiqué au format PDF

PONANT, lauréat 2016 du Trophée de la Charte Bleue d’Armateurs de France

Date de mise en ligne : 08/12/2016

Communiqué

La compagnie PONANT s’est vue décerner le Trophée 2016 de la Charte Bleue d’Armateurs de France, lors de la Nuit du Shortsea, le 7 décembre à la Manufacture de Sèvres.

Présidé par Philippe LOUIS-DREYFUS, Président du Conseil de Surveillance du Groupe LOUIS DREYFUS ARMATEURS, le jury, composé de  personnalités éminentes du monde maritime[1], a choisi de distinguer l’action de PONANT qui allie, de manière exemplaire, développement économique et social avec le respect de l'environnement.

Choix d’itinéraires réfléchis, revêtement limitant la pollution de l’air et de l’eau, sisterships uniques en matière d’innovation technologique, respect des populations locales, sensibilisation des équipages et des passagers à bord et lors des embarquements à terre, politique de Ressource Humaine responsable : autant d’initiatives qui placent la préservation de l’environnement au cœur des priorités de PONANT, ce que le jury a tenu à saluer.

 
 
La 4ème édition du Trophée de la Charte Bleue d'Armateurs de France en trois phrases clés

Gildas MAIRE, Président d’Armateurs de France : « PONANT est une compagnie résolument tournée vers l’avenir, qui prouve avec brio qu’essor économique et protection de l’environnement sont complémentaires. Son engagement en faveur de la protection des Pôles, sa volonté de faire de ses équipages et de ses passagers des ambassadeurs de la préservation de l’environnement jettent une lumière nouvelle sur le secteur de la croisière ».

Jean-Emmanuel SAUVÉE, Président et Co-Fondateur de PONANT : « C’est une grande fierté pour PONANT de recevoir le Trophée de la Charte Bleue. Notre engagement pour la préservation de l’environnement est au cœur de notre stratégie : de la conception de nos navires, à la philosophie transmise à bord par nos équipages et naturalistes, en passant par notre politique RSE. Nous avons la ferme volonté de continuer à être leader en matière d’écologie en innovant sans cesse dans ce domaine. Recevoir aujourd’hui ce trophée nous encourage et nous conforte dans cette ambition ».

Philippe LOUIS-DREYFUS, Président du Conseil de Surveillance du Groupe Louis Dreyfus Armateurs: « Depuis que j'ai décidé de la création de la Charte Bleue, en 2002, ce trophée n'a eu de cesse de récompenser le dynamisme social et environnemental des entreprises françaises. PONANT est un exemple en la matière, je leur souhaite de continuer à se développer dans l'harmonie qu'ils ont su construire entre un savoir-faire français et le respect de l'environnement.»

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org  

01.53.89.52.42/06.24.35.45.43

 

Le développement durable, une priorité pour PONANT

Unique armateur français de navires de croisières et leader mondial de l’expédition 5 étoiles, PONANT a été fondée en 1988 par Jean-Emmanuel SAUVÉE et une dizaine d’officiers de la marine marchande. PONANT s’impose aujourd’hui comme la référence d’un nouveau style de croisières de luxe à travers une conception unique du voyage en mer, alliant itinéraires d’exception et prestations hôtelières 5 étoiles, à bord de luxueux navires à taille humaine.

DES SISTERSHIPS UNIQUES EN MATIÈRE D’INNOVATION TECHNOLOGIQUE, LABELLISES CLEANSHIP

Les sisterships PONANT sont dotés d’équipements respectueux de l’écosystème :

  • Positionnement dynamique évitant de jeter l’ancre et protégeant ainsi les fonds marins
  • Propulsion électrique silencieuse et économique
  • Moteur diesel pouvant fonctionner au MDO (Marine Diesel Oil) moins lourd et moins polluant
  • Traitement innovant des eaux usées et des déchets limitant les rejets en mer
  • Eclairage par des ampoules à faible consommation
  • Réduction des émissions de fumée

 

NATURALISTES ET PASSAGERS, AMBASSADEURS DE LA PRESERVATION DE L’ENVIRONNEMENT

Les guides/naturalistes partagent à bord leur expérience, leurs connaissances en proposant des conférences en lien avec la croisière et en informant les passagers lors des rencontres avec la nature. Ils les accompagnent également lors des débarquements à terre, tout d’abord pour assurer leur sécurité, mais aussi pour assurer celle de la faune et de la flore.

 

ANTARCTIQUE ET ARCTIQUE : PONANT S’ENGAGE A PROTÉGER LES PÔLES

PONANT est membre de l’Association Internationale des Tour-Opérateurs en Antarctique (IAATO), qui a mis en place un groupe de travail dont l’objectif est de promouvoir l’observation et la compréhension du changement climatique consécutif à l’activité humaine dans le monde, sur le continent antarctique.

Membre de l’Association des Opérateurs de Croisière Expédition en Arctique (AECO), PONANT soutient, promeut et réalise dans la zone Arctique des croisières expéditions sécuritaires et respectueuses de l’Environnement et des populations autochtones.

 

PONANT : UNE POLITIQUE RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE

  • PONANT, Femmes à la barre

Avec le projet Femmes à la barre, PONANT s’engage dans la promotion de l’égalité au sein de ses équipes et met en place des plans de carrière donnant une large place aux équipages féminins à bord. Avec une femme directrice de l’Armement et une chef mécanicien, PONANT se donne les moyens de ses ambitions : une femme Second Capitaine à l’horizon 2018 puis Commandant quelques années plus tard.

  • Accompagner l’insertion professionnelle des jeunes

Depuis la mise en place de sa politique RSE en 2014, PONANT a recruté 21 jeunes apprentis et 38 stagiaires. A l’issu de ces contrats, PONANT a recruté 12% de ces profils en CDI.

PONANT a également embauchés 35 jeunes de moins de 26 ans au sein de ses équipes. Enfin, 5 recrutements sous contrat de génération ont été signés. Le contrat de génération est un dispositif visant à favoriser le maintien en emploi des seniors, l'insertion durable de jeunes dans l'emploi et la transmission de compétences dans l'entreprise.

  • Favoriser l’intégration des personnes handicapées

En janvier 2016, PONANT a signé un accord visant à mettre en place des actions en faveur des travailleurs handicapés. Avec un double objectif : rechercher, pour les personnes handicapées, les meilleures conditions de leur insertion durable dans l'emploi ordinaire afin de respecter leur dignité, et mieux impliquer l'ensemble des salariés, les hiérarchies, les services ressources humaines, les assistantes sociales, les équipes médicales, et les instances représentatives du personnel.

  • Former : l’Université PONANT, une université interne tournée vers l’avenir

Sous l’impulsion de Jean Emmanuel SAUVEE, la Direction des Ressources Humaines développe un projet d’Université d’entreprise sous la forme d’une plateforme e-learning digitale. L’Université PONANT consiste à rationaliser et uniformiser la formation dans sa globalité (cursus, processus, supports…), avec pour objectif de faciliter la passation et la diffusion de formations au sein de l’entreprise.

 

UN ENGAGEMENT FORT ET PÉRENNE AUPRÈS DE SES PARTENAIRES

PONANT s’engage auprès de partenaires qui se distinguent par leurs valeurs en affinité avec la compagnie:

  • Le Cercle Polaire, think tank, qui élabore et promeut une authentique culture scientifique des zones Arctique et Antarctique, dans la lignée de la philosophie de Michel ROCARD, Ambassadeur des Pôles du gouvernement français, décédé en juillet 2016, qui en était le président d’honneur.  www.lecerclepolaire.com  
  • SeaOrbiter. Créé par l’architecte français Académicien Jacques ROUGERIE, en collaboration avec toute une équipe pluridisciplinaire internationale dont Patrick MARCHESSEAU, Commandant chez PONANT, SeaOrbiter® est un vaisseau vertical de 58m (21m émergés et 37m immergés) qui explorera le plein océan et les grands fonds marins. Cette station océanique internationale au cœur des océans, une première mondiale, accueillera 18 membres d’équipage dont des scientifiques. Les missions principales seront d’explorer, d’analyser, d’alerter, d’éduquer et de valoriser l’univers marin. www.seaorbiter.com  
  • Le Fablab d’Upernavik. Initié par le Laboratoire de recherche EDANA de la Haute Ecole Arc de Neuchâtel en Suisse, le Musée d’ethnographie de Neuchâtel et Nicolas DUBREUIL, Chef d’Expéditions Corporate, le FabLab d’Upernavik a pour objectif de former des artisans de la communauté Inuit à la reproduction de pièces emblématiques qui seront commercialisées dans des musées européens et à bord des navires de la compagnie. www.edana.ch  
  • Le programme Oceanoscientific. Imaginé par Yvan GRIBOVAL, Président de la société SailingOne, le Programme OceanoScientific participe à l’étude des causes et des conséquences du changement climatique, en collectant et diffusant gratuitement à la communauté scientifique internationale des données sur l’atmosphère et l’eau de mer en surface, collectées à bord de navires partenaires, dont Le Boréal depuis octobre 2013. www.oceanoscientific.org

Site web: http://www.ponant.com/   

Twitter : @Cie_ponant

 

A propos de la Charte Bleue d’Armateurs de France

Le transport maritime est aujourd’hui le mode le plus respectueux de l’environnement. Il émet 5 fois moins de CO2 que le transport routier et 13 fois moins que le transport aérien.

Depuis 15 ans, le transport maritime a considérablement réduit son impact environnemental, malgré une augmentation massive du commerce mondial transitant par la mer. Le nombre de pollutions par hydrocarbure a ainsi été diminué de 90% et la part du transport maritime dans la pollution de l’air a été ramenée à moins de 3%.

Dès 2003, Armateurs de France a signé la Charte bleue autour de 5 grands engagements:

  • Améliorer sans cesse la sécurité et la qualité des navires.
  • Protéger l’environnement marin et le littoral.
  • Garantir de bonnes conditions de vie et de travail aux équipages.
  • Diriger nos entreprises avec transparence et déontologie.
  • Affirmer notre solidarité avec la communauté maritime.

2013 a été l’année de sa refonte. Une manière, pour notre organisation, de réaffirmer son ambition en matière de responsabilité sociale et environnementale. Et de souligner le formidable bond en avant des armateurs français en matière de protection de l’environnement depuis quinze ans.

L’ambition de la Charte Bleue est double :

  • poursuivre la réduction drastique de l’impact environnemental du transport maritime, en développant des navires plus sûrs, plus propres et plus économes en énergie ;
  • promouvoir un haut degré d’exigence en matière sociale, en favorisant l’emploi et la formation dans le transport et les services maritimes, ainsi qu’un dialogue social quotidien.

Le texte intégral de la Charte est disponible sur www.armateursdefrance.org



[1] Jean-Marc ROUE, Président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries ; Romain TROUBLE, Secrétaire général de TARA Expéditions ; Hervé MARTEL, Président du Directoire du Grand Port maritime du Havre

Retrouver ce communiqué de presse et le détail des actions de PONANT en matière de développement durable

Ce qu’il faut retenir de la conférence sur le préjudice écologique, organisée par Armateurs de France

Date de mise en ligne : 07/12/2016

Communiqué

Armateurs de France a organisé ce jour une conférence-débat sur le thème : « Consécration du droit à réparation du préjudice écologique en droit français : quelles conséquences pour les acteurs du transport et des services maritimes ? ».

La loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, en particulier son article 4, a consacré en France le droit à réparation du préjudice écologique. Plus précisément, cette loi a introduit en droit français l’obligation pour toute personne causant un dommage à la Nature, de le réparer.

Une telle initiative est à saluer du fait de son effet positif sur la responsabilisation des acteurs pour une meilleure protection de la Nature. Néanmoins, plusieurs questions demeurent concernant le secteur maritime : les conventions internationales dédiées s’appliqueront-elles pleinement, la responsabilité des armateurs continuera-t-elle d’être assurable, etc… ?

Autour du député Arnaud LEROY, du Président d’Armateurs de France, Gildas MAIRE, et du Délégué général, Eric BANEL, ces questions ont été détaillées par Cécile BELLORD, Délégué général adjoint, Peter HINCHLIFFE, Secrétaire général de l’International Chamber of Shipping et le Dr Chao WU, Directrice juridique du UK P&I Club.

Au terme de discussions nourries et variées, il apparaît que la réforme a le mérite d’encadrer les actions tendant à réparer le préjudice écologique. Elle évite ainsi une multiplicité et une diversité de décisions jurisprudentielles contradictoires. Néanmoins, elle n’est recevable que si la prééminence des textes maritimes internationaux sur le droit français est reconnue.  Cette prééminence, qui ressort des travaux parlementaires, a été reconnue par le garde des Sceaux.

D’un côté, il faut rassurer la communauté internationale et les assureurs. De l’autre, un travail de pédagogie et de sensibilisation à l’attention des magistrats s’avère nécessaire. Pour cela, les intervenants ont conclu que la prééminence du droit international sur le droit national doit être formalisée de manière législative.

 

 

Contact presse :

Pasquine ALBERTINI

p-albertini@armateursdefrance.org

01 53 89 52 42 ; 06 24 35 45 43.

Retrouver ce communiqué de presse au format PDF