Le transport maritime

À la Hune

À la hune

#SaveOurOcean

Date de mise en ligne : 08/06/2017

Armateurs de France est l’un des porte-drapeaux d’un shipping durable dans le cadre de la Conférence mondiale sur les Océans qui se tient actuellement à New York, au siège de l’ONU. En outre, symbole fort, elle se déroule en même temps que la Journée mondiale des Océans, le 8 juin. 

Cette conférence vise à soutenir la mise en œuvre de l'objectif de développement durable 14 : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.  Elle est axée sur les solutions avec l'engagement de toutes les parties prenantes : un point sur lequel notre secteur se place comme précurseur depuis de nombreuses années. 

A l’occasion de la COP21 en 2015, Armateurs de France a travaillé en étroite collaboration avec :

  • les représentants de la société civile - ONGs, universités, fondations, instituts de recherche - regroupés au sein de la Plateforme Océan et Climat pour que les négociations climatiques intègrent et développent un volet maritime ;
  • nos homologues norvégiens, danois, suédois, finlandais, britanniques et néerlandais, aux côtés de qui nous avons joué un rôle moteur au sein de nos organisations professionnelles internationales, afin que celles-ci se positionnent de manière ambitieuse dans ce débat. Il s’est agi de faire valoir une certaine forme d’excellence sur les sujets environnementaux de la part d’industriels prêts à s’engager, en dehors de toute réglementation, sur de tels sujets.

Ce travail de fond a porté ses fruits durant les derniers mois avec de nombreuses réalisations pour lesquelles Armateurs de France a été à la manœuvre :

  • le 70ème Comité pour la protection du milieu marin (MEPC) de l’Organisation maritime internationale (OMI) a adopté un système international de collecte de données obligatoire des émissions de CO2 des navires (Data Collection System), en octobre 2016. Cet accord finalisé permettra de réaliser un suivi annuel des émissions des navires dans le cadre de l’OMI, seule instance légitime pour produire une règlementation environnementale homogène à l’échelle mondiale ;
  • en complément de cette première étape indispensable, le MEPC a également acté une feuille de route pour définir les objectifs et les outils de réduction des émissions de CO2 de la flotte mondiale de navires marchands, ce qui était inespéré il y a encore 6 mois ;
  • quant à l’International Chamber of Shipping (ICS), elle a adopté lors de son Board, le 10 mai 2017, un objectif ambitieux de réduction des émissions de CO2 du shipping mondial : moins 50% d’émissions en 2050 par rapport à 2008 à la tonne-kilomètre. D’ores et déjà, les navires construits après 2025 seront par exemple 30% plus efficients d’un point de vue énergétique.

Ce sont ces avancées multiples que le Délégué général d’Armateurs de France, Eric BANEL, porte actuellement dans de nombreux side-events à New York, y compris en tant que Président de la Plateforme Océan & Climat.

Aujourd’hui, la détermination de notre industrie demeure entière et nous, armateurs français, continuerons à jouer, en tant qu’acteurs responsables et proactifs, un rôle moteur au niveau international pour des navires plus propres, plus sûrs et plus respectueux de l'environnement.