Le transport maritime

À la Hune

À la hune

CONFÉRENCE BREXIT

Date de mise en ligne : 23/06/2017

Le 23 juin 2016, les électeurs britanniques décidaient de quitter l’Union européenne (UE). Alors que la Première ministre britannique Theresa MAY a déclenché l’article 50 du Traité de Lisbonne, Armateurs de France a organisé une conférence-débat sur le thème « Brexit means Brexit : la parole aux professionnels du transport maritime », le vendredi 23 juin 2017 devant près de 100 personnes.

Soixante ans après le Traité de Rome et près de quarante-cinq ans après l’adhésion du Royaume-Uni à l’UE, la construction européenne a produit un double résultat : une forte imbrication des économies des pays membres d’une part, la libre-circulation de leurs citoyens sur le territoire de l’UE d’autre part. Ces liens ne disparaîtront pas avec le Brexit.

Le transport, en particulier le transport maritime, a été l’un des principaux vecteurs de cette construction. Comme tous les secteurs économiques, le shipping sera concerné par la redéfinition des relations entre le Royaume-Uni et l’UE. Il convient donc de s’assurer que les effets du Brexit seront aussi limités que possibles sur leurs futurs échanges, et de minimiser les distorsions de concurrence.

Les opérateurs ont besoin de visibilité et de stabilité, et doivent être étroitement associés au processus de négociations.

A la date anniversaire du vote du Brexit, les professionnels du transport maritime ont donc souhaité réunir des personnalités qualifiées des secteurs publics et privés pour évoquer la fluidité des échanges et le maintien d’une concurrence équitable entre opérateurs, qu’ils soient basés sur le continent ou de l’autre côté de la Manche.  

L’objectif de cet événement était principalement d’ouvrir le dialogue avec l’administration française sur ces sujets, afin que les acteurs du transport maritime soient associés au processus de négociations à venir, via une information fluide et un dialogue constructif.

Pendant les deux prochaines années, ce dialogue devra garantir la prise en compte des intérêts maritimes nationaux, qui devront être relayés auprès des négociateurs tant par nos organisations européennes que par la représentation française.

Les professionnels du transport maritime déclarent : « L’Union européenne est le premier partenaire commercial du Royaume-Uni. 40% des biens échangés avec l’Union européenne sont transportés par la mer. Il est donc primordial de limiter d’éventuels effets négatifs du Brexit sur les échanges maritimes et la chaîne logistique. Le dialogue et l’anticipation seront la clé d’un Brexit « doux », voire de l’émergence de nouvelles opportunités commerciales. Il est important que les pouvoirs publics aient une bonne compréhension des enjeux économiques de notre secteur, pivot des échanges entre le Royaume-Uni et le continent européen ». 

 

Cette conférence est organisée par Armateurs de France en partenariat avec l’Union des Entreprises Transport & Logistique de France (TLF), l’Association des Utilisateurs de Transport de Fret (AUTF), l'Union des Ports de France (UPF) et les Agents maritimes et consignataires de France (AMCF).